Nous réintroduisons une monnaie locale. Bruxelles a déjà pu expérimenter des monnaies locales, comme l’éco-iris. Cela n’a pas été un franc succès car elle a été décidée par les pouvoirs publics et n’était que trop peu basée sur une logique économique. Afin de réussir cette fois-ci, nous partons d’une initiative bottom-up. C’est ici que la Région peut effectivement soutenir et accompagner. Les exemples sont le Bristol Pound, le Bon Local pour l’Économie Solidaire à Grez-Doiceau et les Torekes de Gand.