Nous testons et reconnaissons l’expérience professionnelle des réfugiés reconnus ou de nouveaux Bruxellois, et ce dès leur arrivée, afin qu’ils ne travaillent pas en dessous de leur niveau. La reconnaissance de compétences acquises ou l’équivalence des diplômes sont aujourd’hui trop lentes et trop rigides, entraînant de nombreux problèmes humains et pratiques. Nous souhaitons mettre à l’emploi ces nouveaux arrivants dès que possible, selon leur niveau et leurs connaissances. Nous évitons ainsi les frustrations humaines, et Bruxelles gagnera en expertise, actuellement sous-utilisée.
 – Une proposition de S. Feremans