Tout le monde sait combien les images animées exigent d’attention. Par conséquent, Bruxelles n’autorisera les écrans publicitaires animés que dans les endroits où ils ne constitueront aucun danger pour la sécurité routière (en distrayant les usagers de la route, par exemple). De plus, leur placement sera très limité, voire même interdit, dans les zones publiques où les personnes restent plus longtemps (terrasses ou squares avec des bancs, des parcs, arrêt de bus/tram, etc.). De cette façon, les bruxellois pourront profiter de la ville sans être obligés de regarder des écrans intrusifs. – Une proposition de D. Vervenne