Imaginez que vous deviez expliquer dans une langue étrangère que vous êtes malade. Ça n’est pas facile : il faut trouver les mots pour décrire ce que vous ressentez, nommer les parties de votre corps… alors qu’il peut s’agir d’une question de vie ou de mort. Par conséquent, nous encouragerons le multilinguisme de nos services de santé. Vous devez de toute façon pouvoir être aidé en français et en néerlandais, mais la possibilité de s’exprimer dans d’autres langues que l’on entend souvent est également souhaitable. Et nous renforcerons les services d’interprétariat gratuit.